C’est le printemps et avec lui le temps qui alterne entre pluie et beau temps (non ça c’est la Bretagne) c’est surtout une période de ménage et de tri.

Cela a un sens tout particulier pour moi cette année car entrant progressivement vers un mode de vie plus minimaliste après de très longues années d’achats compulsifs (on compense certains manques comme on peut) ce tri s’imposait. Depuis mes 18 ans j’ai donc accumulé un nombre incalculable de vêtements et accessoires en tout genre. Je me suis retrouvée avec plus de 70 pantalons ; et je ne suis même pas un mille pattes ! Il fallait mettre un terme à cela.
De plus je suis passée d’une taille 36 au 40-42 en passant par du 46.


Alors aidée par la lecture de la magie du rangement de Marie Kondo j’ai décidé de faire un immense tri. Tout mettre sur le lit : voir la quantité m’a mis une très grosse claque j’avoue, mais ça a été un déclic, il fallait en finir avec ce mode de vie. Ont suivis les essayages de bon nombre de pièces pour voir si je rentrais encore dedans.
Même si dans son premier ouvrage la méthode KonMari prône de jeter à la poubelle ce qui ne va plus (elle se radoucit dans les ouvrages suivants) j’ai fait 3 tas : je garde, je donne, je revends. La pile des « je donne » a pris une ampleur faramineuse.  Je me suis séparée de plus de 600L de vêtements, donnés à des copines, des associations ou encore déposés dans des bornes Le Relais le tout en fonction de l’état. Un sacré morceau mais ma motivation était sans faille.
Pour ce qui est du « à vendre » j’ai 129 pièces plutôt typées gothiques, venant pour certaines du Grouft à Paris, qui seront mises au fur et à mesure sur mon compte Vinted que vous pourrez retrouver ici (je vous invite vivement à vous abonner pour suivre pour les prochaines mises en vente).

Mais que me reste-t-il alors ? Et bien ceci :

Commençons par le meuble de gauche. Les boîtes du haut : dans la première il y a des cintres supplémentaires en velours noirs, même s’ils leurs arrivent de perdre rarement leurs petits poils ça a été un très bon investissement ; en effet les tissus ne glissent pas dessus et cela harmonise le dressing. Dans la seconde le linge de lit, la troisième ma tenue médiévale et tous les accessoires qui vont avec. Puis il y a le portant à vêtements ; les boites imprimées dentelles ; un casier contient des bouillottes, un autre des sacs cabas. En dessous dans le sac noir je range mes sacs, mes accessoires de voyages, mon nécessaire d’entretien des chaussures.
Le grand tiroir en dessous abrite les pyjama/nuisettes, les écharpes, les gants et mitaines. Les trois grandes boites noires cachent habilement mes chaussures.
Le meuble de droite en haut la grande boite contient des cadeaux pour un futur swap. En dessous dans la boite en tissu noir il y a mes joggings pour le sport ou quand le surpoids pointe son nez ça m’évite de me refaire une garde-robe et me motive à perdre rapidement les kilos superflus (imparable). Ensuite la boite des serres-taille collants et leggings. Nous en arrivons aux tiroirs en haut les cols roulés, ensuite les hauts à manches longues, puis viennent les tops et t-shirts pour finir par les sous-vêtements. La boite d’en dessous : les affaires de piscine/plage : maillots, paréos, palmes, serviettes dédiées. Et enfin la dernière grande boite : les pulls.

Je suis très contente de ce dressing j’ai mis plusieurs semaines à le designer mais sa configuration actuelle me convient parfaitement ; il vient du grand suédois, et non il n’est pas noir, je le souhaitais ainsi pour justement faire ressortir les pièces noires qui le composent.

Et comme vous pouvez le voir il n’y a plus 70 pantalons !

Nous verrons dans un prochain article un peu plus en détail les éléments qui le composent (ce teasing de fou !)

Et vous avez-vous entendu parler de la méthode KonMari ? L’appliquez-vous ?